Calligrammes - Retour à l'accueil
 
Mon panier
0 article(s) - Total : 0 €
Les horaires
Rubriques 
 Le coin des bonnes affaires
 Facebook
 Dans l'oeil des lecteurs
 L'amour des Livres, la revue
 Salon du Livre Jeunesse
 Qui sommes nous ?
 On aime
Je ne trouve pas un livre 
 Commander mon livre
 
 





Dans l'oeil de nos lecteurs
Il y a l'oeil du libraire, professionnel si ce n'est avisé mais il y a surtout celui du lecteur, sincère et passionné.
Si notre regard parfois diverge, nous nous retrouvons toujours sur notre amour partagé de la lecture. 
L'échange, le partage sont indissociables d'une librairie.
Ainsi naturellement, comme nous le faisons en magasin, nous vous proposons de nous laisser vos avis de lectures, vos notes, vos coups de coeur...


Pour cette première, une lectrice, HLB, vous confie les livres qu'elle a aimés et qu'aujourd'hui elle souhaite partager avec vous.

  







Le linguiste était presque parfait, David Carkeet, Toussaint Louverture 
Dans le genre farfelu ou loufoque, ce livre dépasse toutes les espérance !
Voilà de quoi il s'agit.
Wabash est un institut de linguistique dans lequel 7 linguistes étudient l'apprentissage du langage chez les bambin dans le cadre de la crèche de ce centre. Chacun y a un bureau (voir plan au début).
L'un d'entre eux, STIPH, est assassiné, et son cadavre installé dans le siège du bureau de son collègue COOK.
Puis un journaliste qui enquêtait sur l'institut est retrouvé noyé, la machine à écrire de Cook servant de lest au cadavre dans la rivière de la bourgade.
Rapidement persuadé que le meurtrier est l'un de ses collègues, Cook va alors mener une enquête très originale, en collaboration plus ou moins acceptée avec un policier très particulier, lui aussi.
Est-ce que l'étude du langage peut mener à la vérité ? Est-ce que trop boire de whisky peut mener à découvrir l'amour et la place que l'on occupe dans la société ? Est-ce que les inimitiés entre linguistes peuvent mener à une collaboration amicale ?
Tenez le coup ! Insistez ! On finit non seulement par accrocher à cette lecture, mais avoir aussi une folle envie d'en connaître la fin.
Pour en terminer avec ce livre, il y a, je crois, une très intéressante étude du caractère humain et également des relations entre collègues dans la vie professionnelle. J'y ai aussi trouvé une véritable espérance en la bonté de l'homme. Et cela me rend toute sentimentale... Mais, comme je l'ai dit, accrochez-vous !!!
HLB
 


Le duel, Arnaldur Indridason 

A Reykjavík, pendant l'été 1972, toute l'Islande est tenue en haleine par le duel pour le titre mondial d'échec entre Bob Fischer, l'américain et Boris Spassky, le russe.
En pleine guerre froide, tout le monde comprend que la victoire de l'un impliquera la défaite de la nation de l'autre.
Dans le même temps, une jeune homme de 17 ans, un peu simple, fan de films au point d'en enregistrer les bandes sonores, se fait assassiner de deux coups de poignard au coeur dans un cinéma de la ville.
Cette fois le héros, commissaire chargé de l'enquête, est Marion Briem. C'est cette même Marion qui meurt dans "Hiver arctique" que j'ai lu récemment.
Cette femme conduit ses investigations sur des intuitions qui vont l'amener à comprendre que services secrets russes et américains, présents pour le duel d'échecs, sont aussi impliqués dans le meurtre du jeune garçon.
Les enquêteurs piétinent dans une situation pleine de non-dits. Suspens incroyable, tension forte, violente. Plusieurs fois j'ai arrêté la lecture tant mon coeur palpitait !
HLB
      
 









La bienfaitrice, Elizabeth Von Arnim, Archipoche 
Notre héroïne s'appelle Anna Escourt. Elle a 5 ans. Son frère, "bien né" mais pauvre, a épousé Susie pour sa fortune. Anna vit donc chez eux à Londres, subissant les demandes de mariage de jeunes hommes choisis par sa belle-soeur alors qu'elle désire juste être libre.
Jusqu'au jour où, un vieil oncle allemand lui lègue une propriété qu'il aimait beaucoup en Poméranie, ainsi que le revenu de la propriété.
Anna devient alors totalement indépendante, ce qu'elle souhaitait profondément.
Elle va pouvoir, dans cette contrée rude qu'elle aime d'emblée, réaliser son rêve : accueillir des dames bien nées (et catholiques), ayant subi de lourds revers de fortune et ne pouvant pas subsister seules. Son but, les rendre heureuses en leur enlevant tout souci matériel et en les entourant de son amour
Une dame de compagnie va lui être rapidement trouvée par l'intermédiaire d'un voisin, Axel von Lohm, séduisant propriétaire terrien.
Trois premières "élues" vont arriver grâce à l'entremise du Pasteur.
Il y a Dellwig, l'intendant et sa femme ; le jeune vicaire qui fait ses classes chez le Pasteur ; la nièce d'Anna et sa préceptrice.
Et tout est en place pour le bonheur. Sauf que rien ne marche comme prévu.
Anna va en perdre sa joie de vivre. Elle aura besoin de tout son courage pour se reprendre et trouver sa véritable voie.
Livre particulièrement agréable à lire, tout à fait dans la lignée des Jane Austen. On y trouve des caractères bien trempés, des gentils, des méchants, une vraie confrontation d'être humains dans un espace restreint.
Je suis de bonne humeur depuis que j'ai fermé ce livre.

HLB



Esprit d'hiver, Laura Kasischke, éd. Bourgois
Dans un de ses poèmes, Wallace Stevens écrit : "Il faut posséder un esprit d'hiver".
Michigan - 25 décembre 1920.
Traditionnellement, Eric, Holly et leur fille Tatiana, reçoivent les parents et frères d'Eric ainsi que des amies très chères, pour le déjeuner de Noël.
Quand Eric va chercher ses parents à l'aéroport, Holly reste seule avec Taty, fille qu'ils ont adoptée à l'âge de 2 ans dans un orphelinat sordide de Sibérie. Taty a 15 ans maintenant.
Un blizzard exceptionnel ainsi qu'un souci de santé de la maman d'Eric vont rendre impossible l'arrivée de qui que ce soit pour ce déjeuner.

La journée va donc se passer juste entre Holly et Taty. Beaucoup d'incidents et de disputes, d'attitudes incompréhensibles, vont mettre une pression insupportable.
Tout va de travers et, dans le courant de la journée, Taty va être amenée à lever le voile sur ce qu'elle se cachait depuis leur voyage en Sibérie.
Ce livre est dur, lourd, pesant, angoissant. L'auteur nous mène doucement à sa conclusion. Je ne dis rien de plus.
Si vous en avez le courage, lisez-le, il en vaut vraiment la peine.

HLB



Noyade en eau douce, Ross MacDonald, Gallmeister
Un vrai vieux polar américain avec un privé très privé, Lew Archer, des blondes ou des brunes un peu à la dérive, piégées par leur vie, des hommes, gros durs sans trop de morale ou grands faibles sans saveur. La Californie, l'océan, les belles propriétés et les quartiers minables. Le whisky, la bière, les voitures...

Et puis un, deux meurtres, un suicide, de belles bagarres, du suspens.

Ross Macdonald (1915-1983) est reconnu comme un grand maître du roman noir américain. Je confirme !

HLB
 








Pietra Viva, Léonor de Récondo, S. Wespieser
Dans un style d'une douceur et d' une poésie magiques, L. de Récondo raconte quelques mois passés à Carrare par Michelangelo.
Après la mort inexpliquée d'Andrea, un jeune moine à la beauté si pure que le sculpteur en est amoureux, ce dernier va rompre brutalement avec Rome. Il part choisir les blocs de marbre dans lesquels il va sculpter le futur tombeau du Pape Jules II. En quelques mois, après des rencontres bouleversantes, un retour à la vie simple des tailleurs de pierre, mais aussi l'évidence de 5 poèmes, il va retrouver mémoire du visage de sa mère si longtemps enfoui et son esprit va s'ouvrir à une nouvelle manière d'aborder la pierre.
Le grand Michel Ange est né.
Un éditeur très soigné, un texte pur, simple, touchant. Un livre fort, tourmenté et apaisant.

HLB

 

d'autres coups de coeur de HLB par ici.


Laissez-nous vos coups de coeur, vos avis, vos notes soit par un message sur ce site, soit sur la page Facebook de la librairie,
soit à l'adresse mail de la librairie, lib.calligrammes@wanadoo.fr